Une nouvelle technique pour suivre les récifs coralliens : l’éco-acoustique

La thèse soutenue par Simon ELISE le 19 décembre 2019 à l’Université de la Réunion et intitulée : « Développement d’indices écoacoustiques pour caractériser et suivre l’état et le fonctionnement des écosystèmes coralliens » a permis de produite des lignes directrices pour l’utilisation de l’acoustique passive comme outil opérationnel et innovant de diagnostic écologique et de suivi des écosystèmes coralliens (@ photo : IRD/Eric Folcher).

Les méthodes employées jusqu’alors se basent sur des relevés in situ réalisés par des plongeurs et se révèlent déjà largement insuffisantes face à l’augmentation rapide des effets des changements climatiques. En effet, les diagnostics et suivis doivent aujourd’hui être standardisés, et mis en œuvre à des pas de temps resserrés et à des échelles spatiales élargies (voir Obura et al. 2019), afin de réajuster en permanence les stratégies de conservation de ces écosystèmes. Parmi les méthodes alternatives issues d’avancées technologiques récentes, l’acoustique passive est en plein essor (e.g. Kaplan et al. 2015, Bertucci et al. 2016, Freeman & Freeman 2016, Staaterman et al. 2017, Lindseth & Lobel 2018). Les résultats obtenus durant la thèse ont permis d’affiner sa mise en œuvre sur les récifs coralliens. Des enregistrements des paysages sonores et des relevés visuels (assemblages de poissons et habitat) ont été réalisés sur 31 récifs de pente externe autour de trois îles de l’Indo-pacifique : Europa, La Réunion et la Nouvelle-Calédonie.

> Lien vers un résumé de la thèse

> Lien vers la thèse

Nous contacter

N'hésitez pas à nous contacter via ce formulaire pour toutes demandes d'informations.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

X